La commission d’enquête est lancée…Début du complot contre Sonko

Affaire des 94 milliards de FCFA : Une Commission d’enquête parlementaire qui n’est à point nommé

La Commission d’enquête parlementaire sur l’affaire des 94 milliards de FCFA liés au titre foncier TF 14-51 R, a démarré l’audition des témoins qu’elle a sélectionnés ce lundi. Cette affaire, rappelons-le, est survenue après les accusations du candidat malheureux à l’élection présidentielle, Ousmane Sonko, ancien inspecteur des Domaines, avait accusé l’ex-Directeur des Domaines, Mamour Diallo d’avoir détourné 94 milliards de FCFA lors de transactions concernant le titre foncier 14-51 R.

Mamour Diallo qui se déclare blanc comme neige dans cette affaire, a déposé une plainte contre le patron de Pastef. La plainte est pendante devant les tribunaux. Et Ousmane Sonko est accusé lui aussi, d’être trempé dans cette affaire pour y avoir « perçu illicitement » une certaine somme d’argent. Des organes de presse ont publié des articles qui accablent Ousmane Sonko. Les auteurs de ces articles sont cités pour être auditionnés à titre de témoins par la Commission d’enquête parlementaire.

Le leader de Pastef qui ne reconnait aucune légitimité à cette Commission d’enquête parlementaire constituée par quelques-uns de ses collègues à l’Assemblée nationale, refuse de déférer à sa convocation. Toutefois, il déclare se mettre à la disposition du Procureur de la République, de répondre à sa convocation en lui apportant toutes les preuves nécessaires.

Il demeure nécessaire que quand des scandales de ce genre éclatent que l’Assemblée nationale s’auto-saisisses et puisse mettre sur pied une Commission d’enquête parlementaire chargée d’en faire la lumière. Cela fait partie des rôles de l’Assemblée nationale, si seulement, il n’y a du deux poids, deux mesures. Avant cette affaire des 94 milliards de FCFA, combien de scandales ont éclaboussé la société sénégalaise. Sans que l’Assemblée nationale ne sente l’utilité de la mise sur pied d’une Commission d’enquête parlementaire, malgré les souhaits émis par l’opinion publique.

Le député Mamadou Lamine Diallo avait été frustré, après avoir réclamé en vain à l’Assemblée nationale la mise sur pied d’une Commission d’enquête parlementaire pour faire la lumière sur de supposées malversations financières dont l’ancien Directeur général du Port autonome de Dakar (PAD), Cheikh Kanté avait été accusé.

Il est encore loisible aux députés de l’Assemblée nationale si prompts dans cette affaire des 94 milliards de FCFA à mettre sur pied une Commission d’enquête parlementaire, de faire de même sur des scandales dénoncés dans des dossiers concernant le pétrole, le gaz, au Coud, au PAD et dans des ministères.

Ici, il semble que les députés de la majorité ne soient mus que par la volonté de « nuire » un adversaire politique. D’autant que l’Assemblée nationale a installé une commission d’enquête dans cette affaire qui est également pendante devant la justice. Du fait, des suspicions qui entourent d’ailleurs la Commission d’enquête parlementaire, la lumière ne se fera dans cette affaire que quand son procès au tribunal se tiendra.

Me Abdoulaye Wade, de retour de son séjour en France, avait prévenu Ousmane Sonko qu’un complot visant à l’envoyer en prison après l’élection présidentielle, avait été déjà scellé avec cette affaire des 94 milliards de FCFA. Quoi qu’il en soit, le démarrage des activités de cette Commission d’enquête parlementaire ne vient à point nommé. Le climat politique a besoin de plus de sérénité avec le démarrage des travaux du dialogue national.

Thiémokho BORE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 Partages
Partagez14
Tweetez
Partagez